La Haute Route – Parte 06

Salut! Ça va?

Começamos a semana com a sexta parte da série La Haute Route. As palavras e expressões mais complicadas estão traduzidas, ça va?

Ouça o áudio clicando aqui.

Le Troisième Jour – Voyage du Col de la Forclaz à Champex

Nous n’avons pas beaucoup dormi cette nuit-là (essa noite). Nous avions partagé (dividir) un dortoir (dormitório) avec dix autres personnes, ce qui n’est pas très confortable. Ce matin-là nous avons mangé du pain et du fromage pour notre petit-déjeuner à la salle à manger de l’hôtel. La salle de bain et la douche étaient très sales (sujas). Donc nous nous sommes seulement brossés les dents (escovar os dentes) et les cheveux. Puis (depois) nous sommes allés à la salle des chaussures. Nous avons trouvé nos chaussures de marche (botas de trilha) et nous les avons mis.

Ce jour-là nous avions le choix entre deux chemins (caminhos) pour aller à Champex. Le premier chemin passait par Alp Bovine et c’était un chemin relativement court et facile. Le deuxième chemin passait par la Fenêtre d’Arpette et c’était un chemin très difficile, en fait c’est un des chemins les plus difficiles de toute la Haute Route. On ne doit pas (não se deve) prendre ce chemin quand il ne fait pas beau (o tempo não está bom). Il faisait beau mais il y avait quelques nuages (nuvens) à l’horizon. Nous avons décidé de faire la randonnée par la Fenêtre d’Arpette.

Nous avons marché sur le chemin que nous avions suivi (seguido) le jour d’avant (o dia anterior) jusqu’à l’hôtel du glacier. Quand nous sommes arrivés à l’hôtel du glacier, nous avons continué en direction de la Fenêtre d’Arpette. Pendant une heure le chemin montait doucement vers le sommet (cume, pico). À notre droite il y avait une chute (queda) de 300 mètres sur le glacier du Trient et à gauche il y avait un mur de rochers. Nous avons traversé plusieurs petits ruisseaux (córregos) qui devenaient un peu plus loin des chutes d’eau (cachoeiras). Nous étions prudents parce qu’un faux pas pourrait causer une mauvaise chute. Bientôt (logo) le chemin devenait raide (íngreme) jusqu’au sommet. Le glacier du Trient était une vue spectaculaire pendant toute la montée.

Il y avait une dizaine de personnes qui étaient déjà arrivées au col (garganta, desfiladeiro). Nous y sommes restés pendant quelques minutes et nous avons mangé un casse-croûte (lanche). Puis nous avons commencé à descendre vers le Val d’Arpette. Le chemin traversait une pente (declive) couverte d’éboulis (ruína, entulho). D’autres personnes montaient alors que nous descendions. Le chemin était très glissant (escorregadio). Au bout d’une heure nous sommes arrivés dans un champ recouvert de neige. Nous l’avons traversé lentement et difficilement. Quand j’étais presque arrivé de l’autre côté du champ, mon pied a glissé, le poids de mon sac à dos (o peso da minha mochila) m’a tiré en arrière et j’ai parcouru les deux derniers mètres en glissant (escorregando) sur le dos.

Après une marche (caminhada) d’une heure encore, nous sommes arrivées au Relais d’Arpette. Nous avons mangé du rösti avec des œufs et des lardons (bacon em fatias). Bien sûr nous avons bu des bières. Le rösti est un plat populaire en Suisse. C’est une galette de pommes de terre râpées (panqueca de batatas raladas). On en mange comme plat principal ou en plat d’accompagnement pour le déjeuner ou le dîner, mais on n’en mange pas typiquement pour le petit-déjeuner. Il est servi nature (sem acompanhamento) ou avec des combinaisons d’œufs, de lardons, de saucisse de veau ou d’oignons. Quelquefois (às vezes) il est servi avec du fromage mais certains pensent que c’est sacrilège.

Au cours du déjeuner (durante o almoço), le temps s’est dégradé. Il a plu un peu. Nous n’avons pas pu voir le col de la Fenêtre d’Arpette à cause des nuages. J’ai parlé à une femme suisse qui était assise à une table à côté de la nôtre. Elle était en vacances avec sa fille de trois ans. Elle ne parlait pas bien français parce qu’elle était suisse allemande. Elle avait appris le français à l’école mais elle l’avait oublié. Heureusement, elle parlait assez bien anglais.

Quand nous avons fini notre déjeuner il ne pleuvait plus, et nous pouvions enfin voir le col. Alors nous avons marché en direction de Champex. Il y avait un chemin facile à côté d’un ruisseau. Après une marche d’une heure nous avons vu le Lac Champex. C’est un petit lac qui reflète la forêt et des montagnes d’une grande beauté. Bientôt nous avons vu aussi le village de Champex. C’est un village traditionnel pittoresque au bord du lac et entouré (rodeada) de montagnes. A l’entrée du village nous sommes passés à côté de promeneurs avec une mule. Elle portait tous leurs sacs à dos. J’ai crié « C’est une bonne idée! » comme nous les dépassions avec nos gros sacs à dos.

Ensuite (depois) nous sommes allés au bureau de tourisme où j’ai demandé les directions pour trouver notre hôtel. Nous avons marché à côté du lac en direction de notre hôtel. Il y avait (havia) plusieurs personnes qui pêchaient et quelques bateaux sur le lac. De l’autre côté du village, nous avons trouvé notre hôtel qui s’appelait l’Hôtel Splendide. Nous avons laissé nos sacs à dos dans notre chambre et nous sommes allés au salon de l’hôtel où nous avons bu des bières.

Ce soir-là il pleuvait. Nous avons marché jusqu’au centre ville avec nos parapluies (guarda-chuvas), et puis nous sommes allés au restaurant Au Vieux-Champex pour notre dîner. J’ai mangé un délicieux steak tartare et mon frère a mangé du lapin (coelho). Nous avons bu du vin Suisse, un vin de la région de Champex. Après cette grosse journée de marche, nous sommes rentrés tôt à l’hôtel et nous nous sommes couchés avec plaisir.

Camille é a fundadora do site FrenchToday.com onde você pode encontrar seus audiobooks para alunos iniciantes e intermediários, Verb Drills, Easy French Poetry, Fun French Tales, os posts do blog e muitas outras aulas em áudio para ajudar a melhorar seu francês. Nascida e criada em Paris, Camille fala inglês fluentemente e ensina francês pelo telefone e Skype para alunos do mundo todo.

Receba mais dicas de francês como esta por E-mail, Twitter, RSS feed ou Facebook. Bons estudos!

2.jpg

Adir Ferreira

Adir Ferreira é professor e tradutor de inglês e espanhol há 18 anos. Também fala francês e trabalha com educação corporativa, treina professores e ministra workshops sobre metodologia.

1 comentário

  • 26/04/11  
    agenor diz: 1

    gostei muito da saga e conheci novas palavras